Version PDF

Gynécologie non oncologique

Technique

02 jan 2019

L’échographie 3D en gynécologie, une technique accessible à tous et pour un diagnostic précis

Jean-Marc LEVAILLANT, Créteil

L’échographie 2D nous a apporté la coupe sagittale, indispensable, et la coupe axiale, complémentaire. Mais l’échographie 3D nous a apporté l’élément essentiel pour le diagnostic dans bien des pathologies : la coupe frontale.

Alors, on peut s’interroger sur le peu d’appétence des imageurs pour l’échographie 3D, malgré son efficacité indiscutable, et bien souvent sa supériorité diagnostique sur l’IRM. La technique est pourtant simple, rapide, quasi-robotisée sur les machines échographiques de moyenne gamme.

Il est temps de systématiser l’examen échographique gynécologique en intégrant les trois coupes : sagittale, axiale et frontale. Ce petit atlas n’est pas exhaustif, mais veut être une contribution à ce que sera bientôt l’examen échographique gynécologique systématisé, au service du diagnostic et de la sanction thérapeutique. L’apport de la sonographie paraît aussi indispensable à la précision du diagnostic : mais là aussi, combien de sonographies sont réalisées lorsque l’échographie 2D n’est pas résolutive ? Vascularisation dans la zone de jonction et dans les pieds des végétations, de type encorbellante et pénétrante. Coupe coronale en sonographie HDlive, dont la représentation des végétations est proche de l'image hystéroscopie. Malformations congénitales : dans ces 4 cas, il s'agit de type U2a. La sonographie associée à la coupe frontale est la véritable coupe préopératoire : - la base de l'éperon est bien dégagée de l'isthme (1 et 4) ; - sa déviation éventuelle vers une des parois myométriales qu'il faut signaler au chirurgien (3) ; - la rigidité des deux hémi-cavités qui entraîne une mauvaise distensibilité (2). Planches en coupe sagittale et en coupe coronale des localisations des myomes. La coupe sagittale de la Figo n'est pas suffisante, la coupe coronale que nous avons ajoutée au compte-rendu donne des renseignements indispensables au chirurgien. Echographie 3D associant la coupe sagittale à gauche et la vraie coupe coronale à droite, obtenue en "OmniView". Elle permet de visualiser le col, l'isthme et la cavité, ainsi que la zone de jonction endomètre myomètre. Hypertrophie – sonographie. Cette étape diagnostique permet de bien mettre en évidence l'hétérogénicité de l'hypertrophie, non présente su rl'ensemble des contours de la cavité. Hypertrophie. Coupe axiale en mode surfaçage. Hypertrophie. Coupe coronale en coupe épaisse. Représentation d'une coupe coronale lors d'une sonographie. Structures à bordure irrégulière mais peu angulée et dont la zone de jonction avec le myomètre est nette. Sonographie en mode triplan. Nombreuses structures végétantes, associées à des zones d'atrophie. Séquence diagnostique d'un polype. - Coupe sagittale : perte de l'écho médian hyperéchogène. - Coupe coronale : 2 tonalités sont repérées, sans effraction d'une zone de jonction nette entre l'endomètre et le myomètre. - Sonographie en coupe sagittale associée au doppler couleur. - Vascularisation de type 4 en sub-endométriale et myométriale, et nombreux vaisseaux dans la structure intracavitaire sans hypertrophie. Coupes épaisses en coronale. Adénomyose. Coupes sagittales montrant d'une part l'hypertrophie du fond. Adénomyose. Coupe coronale : aspect encore plus démonstratif de l'hypertrophie du fond et de l'aspect en rayon. La sonographie, en cas d'adénomyose, montre sur la coupe coronale la disparition du halo hypoéchogène périphérique à la cavité et les petites cryptes glandulaires du fond, qui "prennent l'eau". Séquence de diagnostic de topographie d'une synéchie dans le cadre d'un bilan d'infertilité. La coupe triplan indique des interruptions de l'écho médian hyperéchogène. La sonographie en coupe coronale montre le passage du sérum physiologique jusqu'aux ostias. Il s'agit du renseignement qu'attend le chirurgien : les ostias sont libres. Isthmocèle large, long profond, mais mur myométrial restant épais. Position 3 bilatérale. Les Essure® se sont déplacés dans la trompe, ont quitté la portion interstitielle. Une salpingographie classique, ou mieux, une injection d'XemGel doit être pratiquée à la recherche d'une perméabilité éventuelle.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

Articles sur le même thème

  •  
  • 1 sur 2
  • >
publicité
publicité